Des propos provocants de Mme Joissains dans le bulletin municipal.

Aix-en-Provence : Magistrats « à l’idéologie gauchiste », pouvoir des juges « ouverture à la dictature », Maryse Joissains ne digère pas sa condamnation

Publié le 21/11/21 à 16h24 — 20 minutes

Maryse (au c.), Sophie (second rang) et Alain (à d.) Joissains lors des élections municipales de 2014 à Aix-en-Provence
Maryse (au c.), Sophie (second rang) et Alain (à d.) Joissains lors des élections municipales de 2014 à Aix-en-Provence — Rigaud / Sipa

Maryse Joissains, définitivement condamnée depuis le rejet de son pourvoi en cassation début novembre à trois ans d’inéligibilité et huit mois de prison avec sursis pour détournement et prise illégale d’intérêts, s’est fendue d’une tribune incendiaire envers la justice.

Dans le magazine municipal d’ Aix-en-Provence, ville dont elle a été maire pendant près de vingt ans jusqu’à sa démission survenue peu avant sa condamnation, Maryse Joissains y dénonce « une justice inspirée à la fois par une idéologie gauchiste, un esprit de corps et une rare incompétence ». Et de conclure sa missive : « Le pouvoir des juges est l’ouverture à la dictature ».

« Cette lettre, c’est le chant du cygne »

Des propos qui, dans les rangs de l’opposition ne surprennent guère mais choquent toujours. Anne-Laurence Petel, députée et conseillère municipale LREM, a envoyé un courrier à Éric Dupond-Moretti, le garde des Sceaux, et au Premier ministre, les enjoignant à « réagir avec la fermeté qui s’impose à l’encontre de l’auteur de cette tribune et du directeur de publication », en l’espèce sa fille et successeur à la tête de la ville,

Il s’agit « d’une diffamation envers l’institution judiciaire venant en plus de quelqu’un qui est condamné », estime-t-elle. Elle considère par ailleurs, sa fille complice de ces faits, celle-ci ayant tardé à transmettre au préfet la lettre de démission de sa mère, dont la décision de justice prévoyait pourtant l’effet « immédiat ». Cette lenteur aurait permis cette tribune dans le magazine municipal en sa qualité d’adjointe.

« C’est outrancier, c’est du Joissains »

Cette « lettre aux Aixois », « est hallucinante », juge Cyril Di Méo, conseiller municipal PS, qui ne s’en étonne pour autant pas plus que ça. « C’est outrancier, c’est du Joissains. Ceci dit, elle est coutumière du fait. Mais normalement elle fait ses sorties dans La Provence. En 78-79 déjà, après la condamnation de son mari [ex-maire également condamné], ils se pensaient comme « victimes des juges » ». « Cette lettre, c’est le chant du cygne », conclut l’élu socialiste.

Lien Permanent pour cet article : https://cyrildimeo.fr/2021/11/24/des-propos-provocants-de-mme-joissains-dans-le-bulletin-municipal/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.